SEMAINE 2 : PSYCHOLOGIE DU SPORT

Les psychologues du sport qui travaillent dans des contextes sportifs eurocanadiens sont encouragés à revoir leurs approches de manière critique, en se demandant si leurs pratiques ne marginalisent pas involontairement les athlètes de diverses origines culturelles. L’incorporation de ressources culturelles provenant de la culture de l’athlète peut élargir la portée des programmes de psychologie du sport (Schinke, Peltier, et al., 2013).

Vous trouverez ci-dessous plusieurs éléments à prendre en compte dans votre travail avec des athlètes d’origines diverses.

« … les psychologues du sport devraient adopter une vision multiculturelle du monde et aborder les athlètes en utilisant un cadre multiculturel qui évite les stéréotypes sensibles [sic]. » (Kontos & Breland-Noble, 2002, p. 311)

Si certains athlètes issus de cultures diverses peuvent adopter certains aspects (par exemple, la résistance mentale) de leur nouvelle culture sportive pour atteindre le succès, cette adoption peut également avoir un impact négatif sur la santé mentale et le bien-être physique de l’athlète (Tibbert et al., 2015).

Les étudiants collégiaux immigrants confrontés à un stress familial important lié à leur installation dans un nouveau pays peuvent connaître un impact accru du désespoir sur les idées suicidaires (Lane & Miranda, 2018).

Lorsque nous essayons de créer des environnements sensibles à la culture, nous devons penser aux façons dont nos interactions avec les autres peuvent être influencées par nos propres antécédents et attitudes culturels, nous devons rester conscient(e)s de la diversité importante qui existe au sein des cultures (par exemple, le genre, l’âge, la religion, le statut socio-économique), et nous devons éviter les actions qui sont basées sur des généralisations par opposition aux informations sur les individus spécifiques et uniques avec lesquels nous travaillons (Ramsden, 1999).

En tant que psychologue du sport, il est important d’être conscient(e) des défis auxquels vos athlètes sont confrontés en dehors du sport, car ils peuvent affecter non seulement la performance, mais aussi le bien-être. Les athlètes nouveaux arrivants sont souvent confrontés à une multitude de défis lorsqu’elles et ils s’installent dans une nouvelle culture d’accueil. Les barrières linguistiques, les blagues blessantes de pairs insensibles à la culture et la lutte pour trouver un sentiment d’appartenance ne sont que quelques-uns des nombreux exemples (Schinke et al., 2016).

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples d’une athlète olympique sur les défis qu’elle a dû relever en essayant d’intégrer sa culture dans son rôle d’athlète de haut niveau.

« Si vous m’aviez demandé, en tant qu’athlète nationale, de quoi as-tu besoin pour réussir ? […] De la physiothérapie, des massages, de la psychologie du sport et un psychologue du sport qui te comprends, venant de cette communauté, qui connait ta réalité. J’aimerais rencontrer un psychologue du sport autochtone, ce serait mon rêve… » – Waneek Horn-Miller, athlète olympique mohawk du territoire mohawk de Kahnawake (Busch et al., 2003, p. 111).

« Je me souviens avoir été envoyée chez tant de psychologues du sport. Et ils étaient assis là, te faisant visualiser que tu es dans ta maison, et te disant de mettre ce stress dans le placard, et je faisais juste “AAAARGH !”… Je suis juste assise là, disant “Tu ne comprends pas ! Tu sais, tu ne comprends vraiment pas !” Et, pour être une bonne athlète, j’ai dû rendre mon sport presque spirituel. J’ai dû revenir à mes origines spirituelles et cérémonielles. Et j’ai trouvé ma psychologie du sport dans mes cérémonies culturelles. » — Waneek Horn-Miller, athlète olympique mohawk du territoire mohawk de Kahnawake (Forsyth & Paraschak, 2006, p. 33)

Nous espérons que cela vous a donné plusieurs idées à prendre en compte lorsque vous travaillez avec des athlètes de cultures et d’origines diverses. Vous trouverez ci-dessous plusieurs ressources si vous souhaitez continuer à explorer ce sujet.

Note : Les citations sont des traductions libres de l’anglais.

BIBLIOGRAPHIE

Busch, A., Brant, R., Forsyth, J., Horn-Miller, W., Loutitt, J., Sinclair, C., Smith, M., & Wood, C. (2003). Sport leadership panel. North American Indigenous Games Research Symposium proceedings (pp. 99-123). University of Manitoba.  https://img1.wsimg.com/blobby/go/a077afdf-9ae2-4881-a70f-8241f1d3eba7/downloads/2002%20NAIG%20Proceedings%20(2003).pdf?ver=1600445715720

Donohue, B., Strada, M. J., Rosales, R., Taylor-Caldwell, A., Hise, D., Ahman, S., Lefforge, N. L., Kopof, M., Devore, G., Soares, B., Radkovich, B., & Laino, R. (2006). The semistructured interview for consideration of ethnic culture in therapy scale: Initial psychometric and outcome support. Behaviour Modification, 30(6), 867-891, https://doi-org.uml.idm.oclc.org/10.1177/0145445505276096

Forsyth, J., & Paraschak, V. (2006). Aboriginal Sport Research Symposium November 18-19, 2005: Final report and proceedings. Aboriginal Sport Circle, Sport Canada. https://umanitoba.ca/faculties/physed/research/media/aboriginal_sport_research_symposium.pdf

Kontos, A. P., & Breland-Noble, A. M. (2002). Racial/Ethnic diversity in applied sport psychology: A multicultural introduction to working with athletes of color. The Sport Psychologist, 16, 296-315. https://journals-humankinetics-com.uml.idm.oclc.org/doi/pdf/10.1123/tsp.16.3.296

Lane, R., & Miranda, R. (2018). The effects of familial acculturative stress and hopelessness on suicidal ideation by immigration status among college students. Journal of American College Health, 66(2), 76-86. https://doi.org/10.1080/07448481.2017.1376673

Ramsden, I. (1993). Cultural safety in nursing education in Aotearoa. Nursing Praxis in New Zealand8(3), 4-10.

Schinke, R. J., Blodgett, A. T., McGannon, K. R., Ge, Y., Oghene, O., Seanor, M. (2016). Adjusting to the receiving country outside the sport environment: A composite vignette of Canadian immigrant amateur elite athlete acculturation. Journal of Applied Sport Psychology, 29(3), 270-284. https://doi.org/10.1080/10413200.2016.1243593

Schinke, R. J., Peltier, D., & Yungblut, H. (2013). Canadian elite Aboriginal athletes, their challenges, and the adaptation process. dans J. Forsyth, & A. R. Giles (Eds.), Aboriginal peoples & sport in Canada: Historical foundations and contemporary issues (pp. 124-142). UBC Press.

Tibbert, S. J., Andersen, M. B., & Morris, T. (2015). What a difference a “mentally toughening” year makes: The acculturation of a rookie. Psychology of Sport and Exercise, 17, 68-78. https://doi.org/10.1016/j.psychsport.2014.10.007

Sign up to receive the latest news from CSCM and its athletes.