lundi, août 15, 2016

Bela continue de briller

Isabela Onyshko est l’unique gymnaste canadienne qui s’est qualifiée pour le concours complet et les finales par appareil. Pendant les épreuves éliminatoires, elle est demeurée posée et positive, toujours la première à féliciter ou encourager ses coéquipiers. Pendant la finale en après-midi, elle a effectué sa routine sur la poutre avec confiance, malgré une chute pendant celle-ci après avoir exécuté un élément difficile. Bela a terminé sa routine admirablement et décroché la huitième place avec un score de 13.400.

Isabela OnyshkoAprès avoir parlé avec Brandon Eagles (et l’entraineure de gymnastique de l’équipe canadienne) Lorie Henderson, Isabela était toute souriante et a serré la gagnante dans ses bras, la Hollandaise Sanne Wevers. Comme un commentateur a remarqué, Bela a surpris plusieurs personnes lorsqu’elle s’est rendue en finale à la poutre avec de solides compétitrices. Bien que la jeune gymnaste n’ait jamais cherché à attirer l’attention, elle s’est certainement montrée digne des Jeux olympiques de Rio.

 


Performance incroyable de Natation Canada à Rio

L’équipe féminine canadienne du 4x100m relais quatre nages représentait le dernier espoir de remporter une médaille après une performance décevante du double médaillé olympique Ryan Cochrane. L’équipe féminine a placé la barre très haute, anéantissant toute attente lorsqu’elle a fracassé plusieurs records canadiens et remporté six médailles olympiques. En fin de compte, l’équipe n’a pas atteint les normes élevées qu’elle s’était fixées pendant les six jours précédents.

Chantal Van LandeghemBien que la Winnipegoise Chantal Van Landeghem n’était pas aux côtés de son équipe lors de l’épreuve éliminatoire, elle a bien nagé à l’épreuve de nage libre à la finale samedi, propulsant l’équipe vers un chrono de 3:55.49, établissant un record canadien. L’équipe du 4x100m relais quatre nages a terminé avec une cinquième place au classement général. « Nous sommes tellement enflammées et maintenant, nous nous attendons à remporter des médailles à plusieurs épreuves, dit Van Landeghem. C’était notre attente ce soir au moment d’entamer la course. Alors parfois, on est déçues. Mais nous avons dû apprendre de cette défaite ; elle nous poussera à aller de l’avant. »

Chantal n’a pas pu se qualifier pour la finale féminine du 50 m nage libre, mais elle quittera ses premiers Jeux olympiques armée de deux records canadiens et une médaille de bronze autour du cou. Chantal Van Landeghem est devenue la première nageuse de l’histoire du Manitoba à remporter une médaille olympique.

 


L’équipe masculine vise le quart de finale

Le Canada a une dernière chance de se qualifier pour l’épreuve de quart de finale au tournoi de volleyball. L’équipe masculine a affronté le Mexique pendant le weekend et remporté trois manches, pour terminer à égalité avec le Brésil, la France et les États-Unis. Lundi soir, le Canada se battra pour la victoire lors de son match contre l’Italie.

Men's VolleyballCe soir contre l’Italie – lundi 15 août 18 h 30 HAC

 


Désolation pour Nicole Sifuentes

Nicole Sifuentes était visiblement perturbée lorsqu’elle a raté la qualification pour la finale, malgré tous les efforts qu’elle avait investis pour s’y rendre. Nicole nourrissait de grands espoirs au début de ses deuxièmes Jeux olympiques, espérant se qualifier pour la finale du 1500 m après avoir raté de peu sa chance à Londres. Après avoir battu son meilleur résultat personnel de 4:03:97 au début de l’été, l’athlète de 30 ans était optimiste au début de la demi-finale. Toutefois, une mauvaise journée à Rio fut marquée de déceptions.

Nicole SifuentesMalgré une généreuse cinquième position pendant la majorité de la course, Nicole n’a pas pu atteindre la vitesse nécessaire et fut dépassée par trois autres coureuses au dernier tour. Ce solide coup final a permis à Sifuentes de terminer septième à son épreuve éliminatoire avec un chrono de 4:08.53. « Lorsque j’ai terminé, il y avait de l’espoir. Mais je n’avais aucune idée du résultat de la première épreuve éliminatoire, qui était clairement supérieur. C’est fini maintenant. »

Seuls les cinq premiers coureurs de chaque série éliminatoire et les deux autres coureurs les plus rapides avanceront, ce qui signifie que l’effort de Nicole n’était pas suffisant pour se rendre à l’étape suivante. « Je cours pour tous ceux qui m’appuient. J’aurais aimé pouvoir leur donner une raison d’être enthousiasmés ce soir. C’est dur. Mais j’apprécie avoir eu la chance de venir ici et j’ai donné mon meilleur. »

 


Teschuk fait ses débuts olympiques au steeple-chase

Erin Teschuk, championne nationale canadienne de steeple-chase deux années de suite, a fait ses débuts olympiques à Rio ce weekend. Erin et ses coéquipières Geneviève Lalonde et Maria Bernard sont devenues les premières Canadiennes de l’histoire à participer à l’épreuve olympique de steeple-chase. Erin a obtenu un chrono de 9:53.70 à l’épreuve éliminatoire, presque 14 secondes derrière son meilleur résultat personnel, pour terminer 16e de son épreuve, ce qui n’était pas assez rapide pour avancer à la finale.

Erin Teschuk« Ce n’était pas la course que je voulais. Mais elle me motive beaucoup – je me reposerai et je reviendrai tout de suite après. Dans quatre ans, ça pourrait être une course complètement différente pour moi. J’essaie de me concentrer là-dessus », dit Teschuk.

Âgée seulement de 21 ans, Erin Teschuk participe à des compétitions de steeple-chase depuis trois ans et elle gravit rapidement les échelons du classement NCAA. Elle a participé à sa première grande compétition internationale l’an dernier, aux Championnats du monde 2015 à Beijing, en Chine. Après avoir été sélectionnée pour représenter le Canada aux Olympiques, Erin a décidé d’abandonner son admissibilité à la NCAA pour devenir pro avec le groupe d’entrainement ASICS Furman Elite.

Bien que sa 16e place ne lui permet pas de se rendre en finale, la jeune femme fait preuve d’un énorme potentiel et elle est motivée à participer aux Olympiques de 2020 à Tokyo où elle sera plus rapide, plus féroce et plus expérimentée.

 


Seulement un match entre le Canada et la chance de remporter l’or aux Olympiques

Aperçu de la demi-finale entre le Canada et l’Allemagne

Il y a quatre ans, les Canadiennes ont surpris le monde en prouvant qu’elles sont des prétendantes à une médaille olympique au soccer. Cette année, les attentes des Canadiens pour l’équipe nationale féminine étaient élevées, mais pas autant que celles des joueuses. L’escouade canadienne, invaincue, s’est avérée une puissance au soccer pour devenir l’équipe à vaincre au tournoi olympique.

Sophie Schmidt and Desiree ScottAprès avoir vaincu la France 1-0 avec un but marqué par Sophie Schmidt, originaire de Winnipeg, le Canada se rendra en demi-finale. « Nous n’avons pas encore terminé » a déclaré l’entraineur John Herdman. Mardi après-midi, les femmes affronteront l’équipe dominante allemande pour une deuxième fois, mais cette fois, elles jouent pour une médaille d’or olympique.

Demi-finale contre l’Allemagne – mardi 16 août à 14 h HAC

-30-

À propos du CCSM :

Le Centre canadien du sport Manitoba (CCSM) est l’un des nombreux legs des Jeux panaméricains de 1999 à Winnipeg. Le CCSM est le carrefour du sport de haut niveau au Manitoba. À titre de membre du Réseau des instituts canadiens du sport olympique et paralympique, le CCSM œuvre en vue de fournir un environnement haut de gamme et multidisciplinaire d’entrainement quotidien pour les athlètes et les entraineurs avec des services et des programmes intégrés dans les domaines de la physiologie, du conditionnement physique, de la nutrition, de la psychologie et du soutien personnel.

Pour renseignements :

Jeff Powell

Directeur général, Centre canadien du sport Manitoba
Ligne directe: 204.474.7148 | Courriel: media@cscm.ca